Get Adobe Flash player
655967
Today
Total :
1095
655967

Cas Clinique . Tumeur cardiaque évocatrice d’un hépatocarcinome

 

Cardiac tumor suggestive of hepatocarcinoma

 

AFASSINOU YM1, BARAGOU S1, PIO M1, ATTA DB1, PESSINABA S2, KAZIGA W1, d’ALMEIDA K1, DAMOROU F2.

 

RESUME

 

Les tumeurs cardiaques correspondant à des localisations secondaires de cancer sont beaucoup plus fréquentes. Nous rapportons le cas d’un patient âgé de 42 ans sans antécédent cardiovasculaire connu admis pour dyspnée, douleur thoracique et lipothymie. L’examen physique avait noté des signes  d’insuffisance cardiaque droite. A l’électrocardiogramme on notait une tachycardie sinusale à 110 battements par minute sans autre anomalie. L’échodoppler cardiaque avait conclu à une masse intra-auriculaire droite avec une dilatation des cavités cardiaques droites et de la veine cave inférieure. Le diagnostic d’une embolie pulmonaire a été évoqué mais non confirmé par l’angioscanner thoracique qui a noté la présence d’une tumeur occupant la cavité auriculaire droite et étendue à l’abouchement de la veine cave inférieure.

L’échographie abdominale avait mis en évidence un foie hétérogène nodulaire orientant vers une néoplasie hépatique avec métastases cardiaques. Devant l’aggravation de l’état hémodynamique du patient, une chirurgie de désobstruction de l’oreillette droite a été effectuée. L’examen anatomopathologique de la pièce opératoire a conclu à un carcinome hépatocellulaire. L’évolution a été marquée par le décès du patient trois mois plus tard dans un contexte d’altération de l’état général.

 

 

MOTS CLES

 

Tumeur cardiaque, insuffisance cardiaque, Hépatocarcinome.

 

SUMMARY

 

Heart tumors corresponding to secondary cancer sites are much more common. We report the case of a 42-year-old patient with no known history of cardiovascular disease, admitted for dyspnea, chest pain and lipothymia. The physical examination noted signs of right heart failure. The electrocardiogram showed sinus tachycardia at 110 beats per minute with no other abnormalities. Cardiac ultrasonography concluded that there was a right intraauricular mass with dilatation of the right heart chambers and the inferior vena cava. The diagnosis of pulmonary embolism was evoked but not confirmed by thoracic angioscan, which noted the presence of a tumor occupying the right atrial cavity and extended to the inferior vena cava. The abdominal ultrasound showed a heterogeneous nodular liver pointing to hepatic neoplasia with cardiac metastases. In view of the worsening of the patient's hemodynamic state, surgery to clear the right atrium was performed. Anatomopathological examination of the operative specimen found hepatocellular carcinoma. The evolution was marked by the death of the patient three months later in a context of deterioration of the general state.

 

KEY WORDS

 

Cardiac Tumor, Heart Failure, Hepatocarcinoma.

 

1.Service de Cardiologie CHU Sylvanus Olympio de Lomé

2. Service de Cardiologie CHU Campus de Lomé

Adresse pour correspondance : 

AFASSINOU Yaovi Mignazonzon,

CHU Sylvanus Olympio, 198, Rue de l’Hôpital, Tokoin Hôpital,

 BP : 57 Lomé – Togo. Tél 00228 90181892             

Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

INTRODUCTION

 

Les tumeurs cardiaques sont rares et dominées par les tumeurs bénignes. Les tumeurs cardiaques correspondant à des localisations secondaires de cancer sont beaucoup plus fréquentes que les tumeurs cardiaques primitives. La présence de métastases constitue un élément péjoratif pour le patient atteint de cancer. La localisation cardiaque peut être responsable de perturbations hémodynamiques avec mise en jeu du pronostic immédiat du patient [1].

 Nous rapportons ici le cas d’un patient atteint d’un hépatocarcinome à révélation cardiaque.

 

CAS CLINIQUE

 

Il s’agit d’un homme âgé de 42 ans, sans antécédent cardiovasculaire connu, admis pour dyspnée d’effort stade III de la New York Heart Association, douleur thoracique et lipothymie. Il n’y avait pas de facteur de risque thromboembolique retrouvé. L’examen physique avait noté un patient polypnéique, une sensibilité de l’hypochondre droit, les bruits du cœur étaient réguliers sans bruit surajouté et les poumons étaient libres. L’électrocardiogramme avait retrouvé une tachycardie sinusale à 110 battements par minute et  la radiographie du thorax était normale.

L’échodoppler cardiaque avait noté une masse intra-auriculaire droite avec une dilatation de la veine cave inférieure. (Figure 1). Les cavités gauches étaient normales. La fonction systolique des deux ventricules était bonne (Fraction d’éjection du ventricule gauche à 61% et SaTricuspide à 12cm/s). L’artère pulmonaire et ses branches n’étaient pas dilatées. Les pressions pulmonaires n’ont pas pu être évaluées. Devant la masse intra-auriculaire droite le diagnostic d’embolie pulmonaire était fortement suspecté et le patient mis sous anticoagulation à dose curative.

L’angioscanner thoracique a noté une absence d’image en faveur d’une embolie pulmonaire mais la présence d’une tumeur occupant la cavité auriculaire droite et étendue à l’abouchement de la veine cave inférieure dans l’oreillette droite et de nodules parenchymateuse pulmonaire (figure 2). L’échographie abdominale avait  un foie hétérogène nodulaire.

Au plan biologique nous avons noté une cytolyse hépatique avec les aspartate aminotransférases à 6 fois la normale et les alanine aminotransférases à 8 fois la normale, une insuffisance hépatocellulaire avec un taux de prothrombine à 34%, des antigènes HBs positifs et des alphafoeto-protéines très élevés (407 ng/ml). .Le diagnostic de néoplasie hépatique avec métastases cardiaque et pulmonaire a été retenu. Devant l’aggravation de l’état hémodynamique du patient avec des épisodes de syncopes et compte tenu de l’aspect échocardiographique en faveur d’une lésion accessible à une exérèse complète, une chirurgie de désobstruction de l’oreillette droite a été effectuée. L’examen anatomopathologique de la pièce opératoire (figure 3) avait  conclu à un carcinome hépatocellulaire. Les suites opératoires avaient été simples et le patient avait pu sortir de l’hôpital  au 9ème jour postopératoire, avec une nette amélioration de son état hémodynamique.

 Trois mois après l’intervention, l’état du patient s’est aggravé avec une altération importante de l’état général.  L’échocardiographie  de contrôle ne montrait ni récidive locale au niveau de l’oreillette droite, ni une autre localisation cardiaque. Le patient a été transféré au service de gastro-entérologie où il est décédé une semaine plus tard dans un état d’altération important de l’état général et insuffisance hépatocellulaire importante.

 

DISCUSSION

 

Le carcinome hépatocellulaire est fréquent au Togo [2]. Les localisations secondaires des hépatocarcinomes constituent un facteur péjoratif sur le pronostic de la maladie lorsque les lésions sont multiples. À l’inverse, une localisation secondaire unique peut être accessible à un traitement radical autorisant une survie prolongée du patient [3, 4]. Les métastases cardiaques des carcinomes hépatocellulaires sont souvent décrites sur des  séries autopsiques avec une prévalence pouvant atteindre 44 % des patients [5]. Les atteintes cardiaques des hépatocarcinomes sous forme d’extension tumorale vers la veine cave inférieure et l’oreillette droite ont un mauvais pronostic en raison de l’exérèse difficile et de l’évolution rapidement défavorable [6, 7]. Les localisations secondaires intracavitaires cardiaques pédiculées d’hépatocarcinome sont rares [8]. Leur pronostic est meilleur à cause de la possibilité d’une exérèse chirurgicale complète [8, 9].

Dans le cas, le diagnostic de l’hépatocarcinome a été posé à partir des manifestations cardiaques chez un patient n’ayant pas eu auparavant des signes pouvant être reliés à une affection hépatique. Les signes cardiaques étaient au premier plan en raison du volume de la tumeur métastasée à l’oreillette droite. Elle constituait un barrage au remplissage du ventricule    droit   responsable    des     signes d’insuffisance  cardiaque droite. En effet, dans la littérature, un grand nombre de diagnostics ont été faits en post-mortem au décours de tableaux d’insuffisance cardiaque, d’état de choc ou de mort subite [7]. L’exérèse de la tumeur visait à améliorer l’hémodynamique dans l’immédiat et à analyser la pièce opératoire afin de préciser sa nature. La présence d’images pulmonaires en faveur de métastase constituait avec l’atteinte cardiaque des éléments de mauvais pronostic. En raison des difficultés d’accès à la chimiothérapie, la survie du patient n’a été que de trois mois.

 

CONCLUSION

 

La découverte d’une tumeur intra-auriculaire droite doit faire rechercher une néoplasie hépatique métastatique. Ces métastases cardiaques sont  un élément de mauvais pronostic et sont souvent associées à d’autres localisations notamment pulmonaires.

 

Figure 1 : Angioscanner thoracique de reconstitution, montrant une sténose étagée de l’aorte thoracique descendante (flèche).

 

 

 

Figure 2 : Coupes scannographiques montrant la tumeur dans l’oreillette droite.