Get Adobe Flash player
1525805
Today
Total :
1931
1525805

S3. LES CONVULSIONS ÉPILEPTIQUES OUVRENT LA PORTE DU DIABÈTE EN NEUROLOGIE AU TOGO

Assogba K1,  Apetsè KM1, Waklatsi KP1, Kombaté D1, Agbetiafa K2, Agbotsou IK1, Bakoudissa R1, Balogou AAK1

 

Affiliation des auteurs:

  1. Service de neurologie, CHU Campus Lomé, Togo,
  2. Service de médecine interne, CHU Campus Lomé ; Togo.

 

Auteur pour correspondance : Pr Komi ASSOGBA, BP : 30284 Lome, email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. , téléphone : +22890086646

 

Résumé

Introduction : L’hyperproduction du glycose est source d’instabilité de la membrane neuronale à l’origine d’une comitialité.

Objectif : Déterminer les indicateurs épidémiologiques, cliniques et évolutifs de l’hyperglycémie associée aux crises convulsives en milieu neurologique.

Patients et méthode : Il s’agit d’une étude rétrospective et descriptive conduite de juin à 2014 à juin 2017 dans le service de neurologie du CHU de Lomé. Cette étude a concerné tout patient admis pour des crises convulsives avec une glycémie supérieure à 1,26g/l ou tout patient hospitalisé pour une affection neurologique et ayant présenté une crise épileptique dans un contexte d’hyperglycémie. Pour tout épisode de comitialité, nous avons réalisé le bilan biologique, radiologique et électroencéphalogramme avec un consentement éclairé des patients.

Résultats : Un total de 2085 patients a été hospitalisé dont 318 pour des crises épileptiques et 189 patients avaient une hyperglycémie. On notait 114 hommes. L’âge moyen a été de 36,8ans. Aucun patient n’était épileptique avant l’admission. Dans les antécédents, 26,8% des sujets présentaient un syndrome polyuropolydypsie.  Les comitialités étaient d’emblées généralisées dans 63,5 % des cas. Les crises étaient de type toniques, cloniques, myocloniques, tonicocloniques et état de mal. La moyenne de crise a été de six crises quotidiennes avant les premiers soins à l’hôpital. Les crises avaient été précédées des signes d’une hypertension intracrânienne. La crise était inaugurale chez 65,8% dans la découverte du diabète. L’évolution a été favorable dans 86,5%. La durée moyenne de séjour a été de 5 jours. Les séquelles motrices et cognitives avaient été notées dans 11,3% des cas.

Conclusion : Le glucose sanguin est un constituant nutritif indispensable du tissu cérébral. L’hyperglycémie est une situation délétère pour la cellule nerveuse aux conséquences cérébrales désastreuses.

 

Mots clés : Crises épileptiques, complications, encéphalopathie, hyperglycémie