Get Adobe Flash player
1913566
Today
Total :
406
1913566

Syndrome coronarien aigu avec sus-décalage persistant du segment ST chez les sujets jeunes à l’Hôpital Principal de Dakar : Aspects épidémiologiques, cliniques, paracliniques, thérapeutiques et évolutifs, à propos de 13 cas.

 

Acute coronary syndromes with persistent ST-elevation in young patients at Principal Hospital of Dakar: Epidemiological, clinical, paraclinical, therapeutic and evolutionary aspects.

A report of 13 cases.

 

 

J MINGOU 1, PG NDIAYE 1*, M DIOUM3, CMBM DIOP 1, KR DIOP 1, B SAMB 1, SA SARR 1, F AW 1, AA NGAIDE4,

 M BODIAN 1, B DIACK 4, MC MBOUP 2, MB NDIAYE 1, M DIAO 1.

 

 

 

 

RESUME

 

Introduction : Le syndrome coronarien aigu avec sus décalage persistant du segment ST (SCA ST +) a été longtemps considéré comme une pathologie du sujet âgé. De nos jours, on observe de plus en plus de sujets jeunes atteints. L’objectif de cette étude était de décrire les aspects épidémiologiques, cliniques, paracliniques, thérapeutiques et évolutifs du SCA ST + chez les sujets jeunes.

Méthodologie : Nous avons mené une étude rétrospective et descriptive du 1er janvier 2015 au 30 juin 2017 ayant inclus tous les patients âgés de moins de 45 ans pour les hommes et de 55 ans pour les femmes ayant présenté un SCA ST +.

Résultats : Treize patients étaient inclus avec un âge moyen de 43 ans et une prédominance féminine (61,5%). Les facteurs de risque étaient dominés par la dyslipidémie (61.54%), le tabagisme actif (23.08%), le diabète (23.08%). La douleur thoracique était constante et typique chez tous les patients et le délai moyen du début de la douleur et le premier contact médical était de 76 heures. Tous les patients présentaient une lésion sous-épicardique avec une prédominance du territoire antérieur (53,8%).

La coronarographie avait retrouvé des coronaires saines dans 50% des cas. Les lésions étaient majoritairement mono-tronculaires siégeant surtout sur la circonflexe (50%). Vingt-cinq pour cent (25%) des patients avaient bénéficié d’une angioplastie. Une fibrinolyse était faite chez 46,15% des patients. L’évolution était favorable dans la majorité des cas.

Conclusion : L‘infarctus du myocarde est une réalité chez le sujet jeune. L’exploration électrocardiographique d’une douleur thoracique à la recherche d’une maladie coronaire doit être systématique.

 

 

 

MOTS CLES

 

Syndrome coronarien aigu ; Sujet jeune ; Dakar.

 

 

 

 

SUMMARY

 

 

Introduction: Acute coronary syndrome with persistent ST elevation (STEMI) has long been considered a disease of the elderly. Nowadays, there is more and more reports in youths. The objective of this study was to describe the epidemiological, clinical, paraclinical, STEMI treatment and outcome in young patients.

Methodology: We conducted a retrospective descriptive study from January 1, 2015 to June 30, 2017 which included all patients aged below 45 years for men and 55 years for women who had a STEMI.

Results:Thirteen patients were included with an average age of 43 years with a female predominance (61.5%). Risk factors were dominated by dyslipidemia (61.54%), active smoking (23.08%) and diabetes (23.08%). Chest pain was constant and typical in all patients. The average time elapsed from pain onset to the first medical contact was of 76 hours. All patients had a ST segment elevation with predominance of the anterior territory (53.8%).

Coronary angiography found healthy coronary arteries in 50% of cases. The lesions involved predominantly one-vessel, sitting above the circumflex artery (50%). Twenty-five percent (25%) of patients underwent percutaneous coronary intervention. Fibrinolysis was performed in 46.15% of patients. The evolution was favorable in the majority of cases.

Conclusion:Acute coronary syndrom is a reality in our youths. The electrocardiographic exploration of chest pain in search of coronary disease should be systematic.

 

 

 

KEY WORDS

Acute coronary syndrome; Young subject; Dakar.

 

 

 

1. Service cardiologie, CHU Aristide le Dantec

2. Service de Cardiologie, Hôpital Principal de Dakar

3. Service de Cardiologie, Hôpital Fann

3. Service de Cardiologie, Hôpital Général de Grand Yoff

Adresse pour correspondance 

Dr Papa Guirane NDIAYE,

Interne des hôpitaux-DES Cardiologie-Dakar,

CHU Aristide Le Dantec/Service de cardiologie

Téléphone : (+221) 77 377 87 24

Email : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

 

 

 

 

INTRODUCTION

 

 

Le syndrome coronarien aigu avec sus décalage persistant du segment ST autrement appelé infarctus du myocardique est une urgence cardiologique majeure. Il constitue l’étape ultime de l’évolution de la maladie coronaire. Autrefois, il était la maladie du sujet âgé avec un ou plusieurs facteurs de risque cardio-vasculaire mais de nos jours il survient de plus à un jeune âge surtout en milieu africain. Sa prévalence est estimée entre 2 à 6 % de l’ensemble des infarctus du myocarde dans la littérature [1, 2]. Cependant il n’existe pas assez de données sur cette entité en Afrique noire [3, 4, 5]. C’est ainsi que nous avons décidé de mener cette étude à Dakar pour apprécier la prévalence de cette maladie chez le sujet jeune et déterminer ses caractéristiques épidémiologiques, cliniques, paracliniques, thérapeutiques et évolutives.

 

 

 

 METHODOLOGIE

 

 

Notre travail a été réalisé au service de cardiologie de l’hôpital principal de Dakar. Il s’agissait d’une étude rétrospective et descriptive réalisée sur une période de trente mois. Le recrutement des patients avait été réalisé durant la période allant du 1er janvier 2015 au 30 juin 2017.

Etaient inclus tous les patients hospitalisés et âgés de moins de 45 ans pour les hommes et de 55 ans pour les femmes ayant présenté un syndrome coronarien aigu avec sus décalage persistant du segment ST. 

Nous avons analysé les données épidémiologiques (l’âge, le genre), les facteurs de risque cardio-vasculaires (HTA, diabète, tabac, hérédité coronaire, dyslipidémie, ménopause) et les antécédents personnels cardio-vasculaires (IDM, angor, angioplastie, pontage et traitement coronarien). Les données cliniques (douleurs thoraciques ou équivalents, dyspnée), paracliniques (l’électrocar- diogramme, l’échocardiographie-Doppler, l’IRM cardiaque et la coronarographie) et évolutives étaient aussi répertoriées.

Les données ont été saisies avec le logiciel Sphinx version 5.1.0.2 après des fiches de recueil préétablies. L’analyse des données était effectuée avec le logiciel SPSS version 18 (p<0.05).


 

 

RESULTATS

 

 

Le nombre total de patient inclus était de treize sur soixante-un patients hospitalisés pour syndrome coronarien aigu avec sus-décalage persistant du segment ST, soit une prévalence de 21.31%. L’âge moyen des patients était de 43,81 ans ± 4,8. La prédominance était féminine (sex-ratio = 0.63). Les facteurs de risque cardiovasculaire étaient dominés par la dyslipidémie (61.54%), la sédentarité (38.46%) et l’obésité (30.77). La majorité des patients (38.46%) avaient au moins 3 facteurs de risque cardio-cardiovasculaires. Les caractéristiques épidémiologiques des patients sont résumées dans le tableau 1.

La douleur thoracique était constante et typique chez tous les patients. Le délai moyen du début de la douleur et le premier contact médical était de 76,61 heures. Ce délai était plus allongé chez la femme 93,72 heures. Seuls six (6) patients (46,15%) étaient venus en consultation dans les 12 premières heures de la douleur.

Sur l’électrocardiogramme, le sus-décalage du segment ST était permanent et prédominait en antérieur étendu (53.85%), en inférieur (15.38%) et en latéral (7.70%).

L’échographie cardiaque a été réalisée chez 92,30% des patients et montrait des troubles de la cinétique segmentaire à type d’hypokinésie chez 41,67% des patients. La fraction d’éjection ventriculaire gauche était en moyenne à 43% (extrêmes 37 et 47%). Elle était altérée chez 23,07% des patients.

La thrombolyse a été réalisée chez six patients (soit 46,15%). La durée moyenne du délai de thrombolyse était de 7,83 heures (extrêmes 1 et 12 heures). Un succès de la thrombolyse était constaté chez tous les patients.

La coronarographie, faite chez quatre patients, avait trouvé une atteinte mono-tronculaire chez deux patients et une atteinte bi-tronculaire chez un patient. Elle était normale chez le quatrième chez qui l’IRM cardiaque, faite secondairement, avait objectivé des lésions sous-endocardite en apical confirmant le diagnostic d’un infarctus du myocarde à coronaires saines. Un patient avait bénéficié d’une angioplastie de l’artère interventriculaire antérieure avec pose d’un stent nu (Figure 1).

L’évolution en cours d’hospitalisation était émaillée de complications à type bloc auriculo-ventriculaire complet et d’un choc cardiogénique notées chez deux patients (soit 15,38%). La durée moyenne d’hospitalisation était de 6,84 jours (extrêmes 2 et 15 jours). Les données cliniques et paracliniques des patients ainsi que les médicaments utilisés chez les patients sont résumés dans les tableaux 2 et 3.


 

 

DISCUSSION

 

Dans notre série, la prévalence du syndrome coronarien aigu avec sus-décalage persistant du segment ST chez les sujets jeunes était de 21,31% parmi tous les syndromes coronariens aigus avec sus-décalage du segment ST. JOUSSEIN-REMACLE S et al avait trouvé en 2006 à Paris un taux de 11,2% [6]. Cette évolution croissante serait due aux changements d’habitudes alimentaires, à la sédentarité, à la prolifération des industries agroalimentaires et aux influences des médias sur les jeunes dans les campagnes publicitaires [7].

La prédominance était féminine (sex-ratio de 0,63) contrairement à la plupart des études qui retrouvaient une prédominance masculine des IDM chez les jeunes [8,9,10,11,12]. Cette prédominance féminine pourrait s’expliquer malgré la faiblesse de l’échantillon par les mauvaises habitudes comportementales (le tabagisme, la sédentarité) et alimentaires chez les jeunes filles qui auraient influé sur les hormones protectrices [13].

La douleur thoracique était le maitre des symptômes ; elle était inaugurale chez 61,54% des patients. CHETOUI [8] et SARR [11] notaient cette douleur inaugurale chez respectivement 80% et 70% de leurs séries. Dans notre étude, le délai moyen du début de la douleur et le premier contact médical était de 76,61 heures. Ce temps dépasse largement les délais de 15 heures et 14,5 heures retrouvés respectivement par NOBILA [10] et SARR [11]. Ce délai tardif à la consultation pourrait s’expliquer également par le fait que la douleur cardiaque était largement méconnue, le recours habituel à l’automédication en cas de douleur et le manque d’habitude à aller à la consultation médicale. Mieux, contrairement en Occident [14], les structures pré hospitalières (SMUR) sont exceptionnellement sollicitées en cas de suspicion de syndrome coronarien aigu en Afrique sub-saharienne. Ceci concourait également à allonger les délais.

La coronarographie était réalisée chez 30,77% des patients. Ceci est largement inférieur à celui de 100% retrouvé par CHETOUI [8]. Ce taux faible des patients ayant bénéficié de la coronarographie dans notre étude serait dû à l’avènement récent de la coronarographie au Sénégal et à l’inaccessibilité avec un coût très élevé du matériel et des actes. Un cas d’infarctus du myocarde à coronaires saines était confirmé à l’IRM. Aucun patient n’a bénéficié d’un traitement interventionnel de revascularisation en urgence. La fibrinolyse était le moyen de revascularisation le plus utilisé chez 46,15% des patients comme dans l’étude de SARR [11]. Ce taux élevé de la thrombolyse dans notre étude s’expliquerait par le fait qu’elle était le seul moyen disponible en urgence. Un patient avait bénéficié d’une angioplastie avec pose d’un stent après la thrombolyse. Le traitement médical était d’appoint chez tous les patients.

L’évolution au cours d’hospitalisation était émaillée de complications à type de bloc auriculo-ventriculaire complet et de choc cardiogénique notées chez deux patients (soit 15,38%) qui ont bien évolué sous traitement.


 

 

CONCLUSION

 

L’émergence des facteurs de risque cardio-vasculaire tels la dyslipidémie et le tabagisme dans nos régions a participé au développement de l’infarctus du myocarde en Afrique sub-saharienne plus particulièrement chez le sujet jeune. Les délais de prise en charge sont encore très allongés. L’absence de centre de cardiologie interventionnelle à large échelle constitue un véritable handicap pour un traitement optimal de ces patients.

 

 

 

Tableau 1

Caractéristiques épidémiologiques des patients

 

Caractéristiques épidémiologiques

Nombre

Pourcentage

Nombre patient

13

-

Prévalence

-

21.31

Prévalence hospitalière

-

  0.95

Age moyen

48.81 ±4.8 ans

-

Sex-ratio

       0.63

-

Dyslipidémie

08

61.54

Sédentarité

05

38.46

Obésité

04

30.77

Hypertension artérielle

03

23.08

Diabète

03

23.08

Tabagisme

03

23.08

Antécédent d’angor

  5

38.46

 

 

Tableau 2 :

 

Tableau récapitulatif des données cliniques et paracliniques des patients.

 

 

Données cliniques et paracliniques

Nombre

Pourcentage

Douleur thoracique

13

       100

Douleur inaugurale

  8

61.54

Délais de consultation :

Avant 12H

Après 12H          

 

06

07

 

46.15

53.85

Antécédent d’angor

05

38.46

Territoire ECG :

Antérieur étendu

Inférieur

Latéral

 

07

02

01

 

53.85

15.38

  7.70

Echographie cardiaque :

Normale

Troubles cinétique segmentaire

FEVG altérée

 

08

05

03

 

58.33

41.67

23.07

Atteinte mono-tronculaire

02

--

Atteinte bi-tronculaire

01

--

IDM à coronaires saines

01

--

Complications

Choc cardiogénique

BAV complet

 

01

01

 

--

--

 
 

 

Tableau 3

 

Tableau récapitulatif des médicaments utilisés chez nos patients (N=13).

 

 

Traitement médical

Effectif total

Pourcentage

Clopidogrel

13

100%

Aspirine

13

100%

Statines

13

100%

Antalgiques

13

100%

Anxiolytiques

13

100%

HBPM   

10

       76,92%

IEC

  9

       69,23%

Thrombolyse

  6

       46,15%

Béta bloquants

  7

       53,84%

ARA II

  3

       23,08%

 

 

 

 

 

Figure 1 : A : Sténose très serré au niveau du segment moyen de l’artère interventriculaire antérieure ; B : Déploiement du stent ; C : Résultat post-angioplastie.

 

 

REFERENCES

 

1. Fournier JA, Cabezon S, Cayuela A et al. Long-term prognosis of patients having acute myocardial infarction when <40 years of age. Am J Cardiol 2004; 94: 989-92.

2. Imazio M, Bobbio M, Bergerone S et al. Clinical and epidemiological characteristics of juvenile myocardial infarction in Italy: the GISSI experience. Ital Cardiol 1998; 28: 505-12.

3. Tricolat P, Bertrand E, Barabe P et al. Aspects épidémiologiques de la maladie coronaire chez le Noir Africain : à propos de 103 cas. Résultats de l’enquête multicentrique prospective CORONAFRIC. Cardiol Trop 1991 ; 17 (1) :7-20.

4. Ranjith N, Pegoraro RJ, Naidoo DP. Demographic data and outcome of acute coronary syndrome in the South African, Asian, Indian population. Cardiovasc J S Afr 2005 JanFeb; 16(1):48-54.

5. N’Guetta R., Yao H., Ekou A., et al. Prévalence et caractéristiques des syndromes coronariens aigus dans une population d’Afrique subsaharienne. Ann Cardiol Angeiol (Paris). 2016 avril;65(2):59-63.

6. Joussein-Remacle S, Delarche N, Bader H et al. Facteurs de risque de l'infarctus du myocarde du sujet jeune : registre prospectif sur un an. Ann Cardiol Angeiol 2006; 55(4): 204-209.

7. Hoit MD, Brian D, Elisabeth A et al. Myocardial infarction in young patients: An analysis by age subsets. Pathophysiology and natural history. October 1986; 74 (4) :712-721.

8. Chetoui A, Elmalki H, Bahous M. L'Infarctus du myocarde du sujet jeune de moins de 45 ans : à propos de 50 cas. International Journal of Innovation and Applied Studies.2016; 16 (2): 342-348.                         

9. Coulibaly S, Diall I, Menta I et al. Facteurs de risque et aspects cliniques de l’infarctus du myocarde chez les patients de moins de 40 ans au chu du Point G. Mali Médical 2014;29(4) :35-38.

10.  Nobila Y, Mouhamadou BN, Alassane M et al. L’infarctus du myocarde du jeune adulte -Analyse rétrospective des cas colligés au CHU de Dakar. Pan African Medical Journal 2011; 6:21.

11. Sarr M, Ba DM, Ndiaye MB et al. Acute coronary syndrome in young sub-saharan africans : A prospective study of 21 cases. BMC Cardiovascular Discorders 2013; 13:118.

12. Mboup MC, Mingou J, Ba DM et al. Particularités des syndromes coronariens aigus chez la femme en Afrique subsaharienne. Ann Cardiol Angeiol 2019;68(2):115-119.

13. Gabet A, Danchin N, Olié V. L’infarctus du myocarde chez les femmes : évolution des taux d’hospitalisation et de mortalité, France, 2002-2013. Bulletins épidémiologiques hebdomadaire,8 mars 2013 ;(7-8):100-8.

14. Hurlimann C, Arveiler D, Romier-Borgnat S, et al. Evaluation des délais de prise en charge de l'infarctus du myocarde : résultats d'une enquête en Alsace. Arch Mal Cœur 1998 ; 91 : 873-878.