Get Adobe Flash player
859534
Today
Total :
454
859534

Profil étiologique de l’insuffisance cardiaque de l’enfant à l’Institut de Cardiologie d’Abidjan.

 

Etiological profile of heart failure in children at the Abidjan Institute of Cardiology.

 

N’GORAN YNK, TANO MA, KOFFI F, TRAORE F, KOFFI MN, AKE ET, EKOU KA, ANGORAN I, KOUAME C, DOGOUA IPKB, KRAMOH KE, KAKOU MG.

 

 

RESUME

 


Introduction: L’objectif de notre étude était de décrire les aspects épidémiologiques, étiologiques et évolutifs de l’insuffisance cardiaque chez l’enfant.

Méthodes: étude prospective, transversale et descriptive sur une période de 12 ans (janvier 2005 à décembre 2017) réalisée dans le service de la cardiologie pédiatrique de l’Institut de Cardiologie d’Abidjan.

Résultats: Trois cent soixante-neuf patients ont fait partie de cette étude. Le taux de prévalence de l’insuffisance cardiaque était de19.08%.L’âge moyen était de 9 ans. La dyspnée était le motif principal de consultation (85.37%). L’insuffisance cardiaque droite était la présentation clinique la plus observée (65.58%.).Les facteurs de décompensations étaient le plus souvent l’anémie (34.96%) et la broncho-pneumopathie (30.09%). Les étiologies étaient dominées par les valvulopathies rhumatismales (31.71%) suivies des cardiopathies congénitales (20.60%) et l’épanchement péricardique liquidien (19.51%). Le traitement était surtout médical (100%). L’évolution a été marquée par un décès dans 11.38% des cas.

Conclusion: L’insuffisance cardiaque chez l’enfant n’est pas rare en Côte d’Ivoire. Les étiologies sont dominées par les cardiopathies acquises, essentiellement les cardiopathies rhumatismales.

 

MOTS CLES

Insuffisance cardiaque, enfant, étiologie, épidémiologie.

 

 

SUMMARY

 

 

Objective: This study aims at describing the epidemiological, etiological and evolving aspects of the heart failure in children.

Methods: a prospective, cross-sectional, and descriptive study over a period of 12 years (from January 2005 to December 2017) was carried out in the Pediatric Cardiology service at the Institute of Cardiology of Abidjan.

Results: The study covered a population of three hundred and sixty-nine patients and revealed that the prevalence rate of heart failure was 19.08%. The average age of the patients was 9 years. Dyspnea was the main reason for consultation (85.37%). The clinical presentation mostly observed was the right-sided heart failure (65.58%). Anemia (34.96%) and pulmonary diseases (30.09%) were revealed as some of the decompensations factors of heart failure mostly observed. The etiologies were dominated by the valvular heart diseases (31.71%), followed by congenital heart diseases (20.60%) and the pericardial effusion (19.51%). The treatment was mainly medical (100%). But some death cases (11.38%) were registered.

Conclusion: Heart failure in children is known in Côte d’Ivoire. The etiologies are dominated by acquired heart disease, mainly rheumatic heart disease.

 

KEY WORDS

Heart failure,  children, epidemiology, etiology.

 

Institut de Cardiologie d’Abidjan (Côte d’Ivoire): Service de cardiologie pédiatrique et congénitale adulte.

Adresse pour correspondance 

Dr N’goran Yves N’da Kouakou

Institut de Cardiologie

BP V206 Abidjan - Côte d’Ivoire.

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

INTRODUCTION

 

L’insuffisance cardiaque (IC) se définit par une situation clinique où le cœur et la circulation ne sont pas en mesure d’assurer un débit sanguin suffisant pour maintenir les fonctions de base des organes(1).

La principale cause d’IC chez l’adulte est la maladie coronarienne et la dysfonction myocardique qui en découle. Chez l’enfant cette situation n’est qu’exceptionnelle, les causes d’IC sont multiples allant des malformations cardiaques congénitales aux cardiomyopathies génétiques ou acquises (1). Les causes varient selon les pays (développés ou en voie de développement), l’âge et la localisation géographique (2,3). Les cardiopathies congénitales et la cardiomyopathie sont les causes les plus fréquentes dans les pays développés (4). L’infection et l’anémie dans les pays en voie de développement (5).

En Europe l’insuffisance cardiaque chez l’enfant (ICE) représente 10 à 33% des hospitalisations pédiatriques(6,7).En Afrique, les publications sur l'ICE sont rares : au Nigéria elle représente 5 à 7% des urgences pédiatriques (6,8); au Kenya 1% des hospitalisations pédiatriques(5). Au Cameroun 66.1% des consultations écho-cardiaques pédiatriques (9).

Nous n'avons pas retrouvé de publications sur l’ICE en Côte d'Ivoire. Quelle est la situation dans notre région où le diagnostic et la prise en charge des cardiopathies sont tardifs ou inexistants? Notre objectif est de décrire les aspects épidémiologiques, étiologiques et évolutifs de l’ICE en milieu hospitalier pour contribuer à sa prise en charge.

 

METHODES

 

 

Il s'agissait d'une étude prospective et descriptive, réalisée du 02/01/2005 au 31/12/2017(12 ans). Elle a concerné les patients d’âge pédiatrique avec des signes d’IC, hospitalisés dans le service de Cardiologie pédiatrique de l'Institut de Cardiologie d' Abidjan (ICA). Pour chaque patient, ont été analysées les données épidémiologique, clinique, para-clinique, thérapeutique et évolutive. Les données épidémiologiques étaient le sexe et l’âge. Les données cliniques étaient le motif de consultation, le facteur de décompensation et le type d’IC : Les signes fonctionnels (10) de l’IC étaient frustes chez le nouveau-né. Chez l’enfant et le grand enfant on avait des difficultés à s’alimenter dues à la dyspnée d’effort; une dyspnée nocturne; une anorexie avec un retard pondéral. A l’examen physique l’IC a été définie droite devant un visage bouffi, une hépatalgie et/ou une hépatomégalie, une turgescence des veines jugulaires et un oedème des membres inférieurs bilatéral prenant le godet chez l’enfant et le grand enfant, un galop droit à l’auscultation cardiaque. L’IC a été définie gauche devant un wheezing, une toux, des râles crépitants bilatéraux à l’auscultation pulmonaire un galop gauche à l’auscultation cardiaque (10-11).Les données Para- cliniques étaient le Télécoeur de face (La cardiomégalie se définissait par un rapport cardio-thoracique supérieur ou égal à 0,6 chez le nouveau-né, à 0,55 chez le nourrisson et à 0,50 après 2 ans), l’électrocardiogramme (ECG), l’écho-doppler cardiaque qui a permis de confirmer l’IC et d’objectiver la lésion cardiaque sous-jacente.

L’analyse statistique a été faite à l'aide des logiciels Epi Data et Excel.

 

RESULTATS

 


Pendant la période d’étude, 1934 patients ont été hospitalisés dans le service de cardiologie pédiatrique et 369 patients (tableau 1) avaient une IC. Le taux de prévalence hospitalière de l’IC était donc de 19.08%. On avait 181 de sexe masculin (49.05%) et 188 (50.95%) de sexe féminin (un sexe ratio de 1.03). L’âge moyen était de 9 ans (0-15 ans), la fréquence de l’IC augmentait avec l’âge des patients (tableau 1). La dyspnée était le motif principal de consultation 315 (85.37%). L’IC droite était la présentation clinique la plus observée 242 (65.58%.). Les facteurs de décompensation étaient le plus souvent l’anémie 129 (34.96%) et la broncho-pneumopathie 111 (30.09%). Les étiologies (tableau II) étaient dominées par les valvulopathies rhumatismales 117 (31.71%) suivies des cardiopathies congénitales 76 (20.60%) et l’épanchement péricardique liquidien 72 (19.51%). Le traitement était médical chez tous les 369 patients (100%). L’évolution a été marquée par un décès dans 42 (11.38%) cas.

 

DISCUSSION

 

 

Dans notre étude le taux de prévalence était de 19.08%. Un taux plus important que celui décrit au Nigéria (5à7%) (12) et au Kenya (1%) (5), différence qui peut être due à la taille de la population étudiée, à la durée de l’étude, aux critères diagnostiques et aux limites d’âge. Ogeng’o au Kenya avait fait une étude sur un échantillon de 30000 patients sur une période de 12 ans. Au Nigéria (12), Adekanmbi avait un échantillon de 1552 sur une période de 1 an. La prévalence en Inde(8) et au Yémen (2) était inférieure à la nôtre respectivement 2.09 % et 2.1 %, différence qui peut être due à la taille de la population étudiée, à la durée de l’étude. Hannan au Yémen avait un échantillon de 4126 sur une période de 2 ans et Murugesan en Inde avait un échantillon de 7095 sur une période de 1 an. Au Cameroun David (9) avait un taux de 66.1%, un taux supérieur au nôtre. Cela se justifierait par le fait qu’il avait fait son étude, dans le plus grand centre pédiatrique de référence du pays sur un échantillon de 2235 et les patients arrivaient au stade de complications par la méconnaissance des signes et la sous-estimation de la gravité de la maladie (9).

 Notre prévalence est superposable à celle de l’Europe entre 10% et 33.4%: Belgique 10.4%et Allemagne 33.4%. Dans ces pays il s’agissait d’IC chez des patients opérés tôt dans l’enfance (6), sachant qu’ils ont un taux très important d’enfants opérés par rapport à nous.

L’âge moyen était de 9 ans, cela est expliqué par le retard diagnostique et de prise en charge de l’étiologie surtout acquise qui survient au-delà de l’enfance (la cardiopathie rhumatismale). Comparativement aux autres pays africains, l’ICE survient aussi au-delà de l’enfance mais avec un âge moyen inférieur: 3.7± 3.5 ans au Nigéria (2,13), 4.7 ans au Kenya (5). Ces âges moyens sont comparables aux études où la cause la plus fréquente de l’ICE est la cardiopathie acquise. La moyenne d’âge est aussi influencée par la fréquence de survenue annuelle et dépend de l’étiologie (2,14).

Le sexe ratio était de 1.03 au dépend de la femme dans notre étude. Il est variable dans la littérature. Il est comparable à celui de Wegdan en Egypte (15) et Josephat Chinawa au Nigéria(16). Ogeng’o au Kenya (5); Oyedji (13) au Nigéria et Murugesan (8) en Inde retrouvaient une prédominance masculine respectivement 1.4; 1.5; 1.3.

Les patients avaient en majorité un âge supérieur à 6 ans (69.92%). Contrairement aux données de la littérature où plus de la moitié présentait l’IC avant 1 an (8, 17, 18).Dans ces études la cause la plus fréquente était la cardiopathie congénitale, surtout dans les pays développés (4,5).

Dans notre étude, la cause la plus fréquente était la cardiopathie acquise (79.40%).Les cardiopathies acquises étaient dominées par la valvulopathie rhumatismale (31.71%). cette importance est décrite par Murugesan et Rashid (8,19). La valvulopathie la plus importante était l’insuffisance mitrale (26.02%).

La cardiopathie congénitale était dominée dans notre étude par la communication inter ventriculaire (6.23%) suivie du canal atrio ventriculaire (5.69%).Cette dominance de la communication inter ventriculaire a été décrite dans littérature africaine comme occidentale (2, 15, 18).Nous n’avons pas retrouvé de cardiopathie obstructive comme décrite dans les études précédentes (12, 18, 20, 21).

Dans les études précédentes (2, 5, 10), les auteurs considéraient comme étiologie l’infection; l’anémie et le VIH, nous pensons plutôt que ce sont des facteurs de décompensation de l’ICE. Ainsi nous avons retrouvé une prédominance de l’anémie (34.96%) au niveau des facteurs de décompensation suivie de la broncho-pneumopathie (30.09%) et un faible taux de VIH isolé ou associé à la tuberculose. Les infections sont fréquemment  associées à l’ICE dans les pays africains surtout les affections respiratoires (5).

Un faible taux (5.15%) de l’infection à VIH, isolée ou associée à la tuberculose ou aux épanchements péricardiques a été observé. Ce taux est inférieur à celui de Ogeng’o au Kenya (12.7%) et aux études qui ont rapporté des maladies cardiaques telles que la péricardite; la myocardite; la cardiomyopathie et l’endocardite associées au VIH (5, 22).

L’évolution a été marquée par un taux de décès de 11.38%.Il est comparable à celui du Kenya (7.7%) (5), de la Belgique (14%) (6) et du Yémen (14.6%) (2). Il est inférieur à celui rapporté au Nigéria (24%) (23). Le taux de décès dus à l’IC diffère selon les différents facteurs étiologiques et la facilité à l’accessibilité aux soins.

Dans les pays développés la plupart des nourrissons souffrant de cardiopathies congénitales reçoivent tôt une intervention chirurgicale (10), ce qui n’est pas le cas dans les pays en voie de développement (24).

 

Tableau 2

 

Etiologies des lésions cardiaques

 

 

 

Fréquence (%)

Cardiopathies

 

Congenitale

  76(20.60)

Acquise

293(79.40)

Cardiopathies congénitales

 

                  CTV                                                                                     CIV

                    CAV

                    CIA

                    TGV

                    PCA

                    VU

                    EBSTEIN

                  TAC                                                                                                                          TAC                                                                                                                          CAV                                                                                                                          CIA                                                                                                                          TGV                                                                                                                          PCA                                                                                                                          V                                                                                                                       EBSTEI                                                                                                   TAC

  23(6.23)

  21(5.69)

  14(3.79)

  06(1.63)

  05(1.36)

  04(1.08)

  02(0.54)

  01(0.27)

Cardiopathies acquises

 

Valvulopathie rhumatismale

117(31.71)

Epanchement péricardique liquidien

  72(19.51)

Cardiomyopathie dilatée

  47(12.74)

HTAP                                                                                                 HTAP

  44(11.92)

EPC                                                                                                         EPC

  13(3.52)

Valvulopathies rhumastimales

 

                    IM

  96(26.02)

                    RM

  02(0.54)

                    IAO

  10(2.71)

                    IM+IAO

  09(2.44)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CIV: communication inter ventriculaire, CAV: canal atrio ventriculaire, CIA: communication inter auriculaire, TGV: transposition des gros vaisseaux, PCA: persistance du canal artériel, VU: ventricule unique, TAC: tronc artériel commun, HTAP: hypertension artérielle pulmonaire, EPC: endocardite pariétale chronique, IM: insuffisance mitrale, RM: rétrécissement mitral, IAO: insuffisance aortique.

 

Tableau 1

 

Caractéristiques des patients

 

 

Fréquence (%)

Sexe

 

Masculin                                                                                  Masculin

181 (49.05)

Feminin                                                                                    Feminine

188 (50.95)

Age (an(s))

 

0-2

  23( 6.23)

>2-6

  88 (23.85)

>6-≤10

111 (30.08)

>10-15

147(39.84)

Motifs de consultation

 

Dyspnée

315 (85.37)

Fievre + toux

  23 (6.23)

OMI

  23 (6.23)

Toux + OMI

     8 (2.17)

Types d’insuffisance cardiaque (IC)

 

IC droite

242 (65.58)

IC gauche

100 (27.1)

IC globale

  27 (7.32)

Facteurs de decompenssation

 

Bronchopneumopathie

111 (30.09)

Anémie

129 (34.96)

Malnutrition

  55 (14.90)

Poussée rhumatismale

  55 (14.90)

Autres (VIH,Tuberculose)

  19 (5.15)

Traitement

 

Furosemide

369 (100)

Spironolactone

   52 (14)

Digoxine

214 (58)

IEC

210 (57)

Evolution

 

Favorable

327 (88.62)

Décès

  42 (11.38)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

OMI: œdème des membres inférieurs, IEC: inhibiteur d’enzyme de conversion,

 

 

CONCLUSION

 

 

L’insuffisance cardiaque chez l’enfant est fréquente en Côte d’Ivoire.  Les  étiologies sont dominées    par    les    cardiopathies   acquises, essentiellement les cardiopathies rhumatismales. L’évolution est marquée par un taux de décès qui diffère selon les différents essentiellement les cardiopathies facteurs étiologiques et la facilité à l’accessibilité aux soins. Nous pensons que la prévention de l’IC nécessite une nette amélioration de nos plateaux techniques permettant d’abord un diagnostic précoce et une prise en charge adéquate des lésions cardiaque primaires.

 

REFERENCES

 


1.  Stefano di Bernardo, Tatiana Boulos, Yvan Mivelaz, Nicole Sekarski, Lausanne. Insuffisance cardiaque chez l’enfant, états des connaissances, perspectives de traitement. Paediatrica 2011; 22(1): 16-9.

2. Hanan Saeed Bin Gouth, Mazin Ahmed Jawass et Ali Bahartha. Heart failure in children; etiology and outcome (hadhramout university teaching hospital of child and mother). Assiut Med.j.2015; 39(2): 79-87.

3. James N, Smith M. Treatment of heart failure in Children. Curr Paediatr. 2005; 15:539–48.

4. Hsu DT, Pearson GD. Heart failure in children. Part 1: History. Etiology and pathophysiology. Circulation: Heart Failure. 2009; 2:63–70.

5. Ogeng’o JA Gatonga PM Olabu, BO et al. Pattern of congestive heart failure in a Kenyan paediatric population. Cardiovasc J Afr. 2013; 24(4): 117–20.

6. Massin MM, Astadicko I, Dessy H. Epidemiology of heart failure in a tertiary pediatric center. Clin Cardiol. 2008; 31: 388– 91.

7. Sommers C., Nagel B. H., Neudorf U & Schmaltz A. A congestive heart failure in childhood an epidemiologic study; Herzinsuffizienz im Kindesalter. Eineepidemiologische Studie. Herz. 2005; 30(7): 652-62.

8. Murugesan K, Sivakumaran D. Etiological Profile of Congestive Cardiac Failure in Children in a Tertiary Care Center in Tamil Nadu. Int J Sci Stud 2017; 5(3):34-41.

9. Madriago E. & Silberbach M. Heart failure in infants and children. Pediatrics in Review. 2010; 31(1): 4-12.

10. Kay J. D., Colan S. D. & Graham T. P. Congestive heart failure in pediatric patients. American Heart Journal. 2001; 142(5): 923-28.

11. Adekanmbi AF, Ogunlesi TA, Olowu AO, Fetuga MB. Current trends in the prevalence and etiology of childhood congestive cardiac failure. J Trop Pediatr 2007; 53:103-6.

12. Oyedeji AO, Oluwayemi IO, Okeniyi JA, Fadero FF. Heart failure in Nigerian children. Cardiology. 2010; 5:18–22.

13. Andrews RE, Fenton MJ, Ridout DA, Burch M. New onset heart failure due to heart muscle disease in childhood: a prospective study in the United Kingdom and Ireland. Circulation. 2008; 117:79–84.

14. Wegdan Mawlana, Amr Donia, and Doaa Elamrousy. Relation between Red Cell Distribution Width and Left Ventricular Function in Children with Heart Failure: ISRN Pediatrics 2014 (2014).

15. Chinawa, J. M. et al. Synopsis of congenital cardiac disease among children attending University of Nigeria Teaching Hospital Ituku Ozalla, Enugu. BMC Res. 2013; 6(1): 475.

16. Keith JD. Congestive heart failure. Pediatrics 1956; 18:491-500.

17. Lagunju IA, Omokhodion SI. Childhood heart failure in Ibadan. West Afr J Med 2003; 22:42-5.

18. Rashid J, Khalil M, Natiq M, Anwar S, Khan MM. Etiology of congestive heart failure in children. Pak Pediatr J 2003; 27:145-51.

19. Olowu AO. Studies on heart failure in Sagamu. Nig J Paediatr 1995; 20:29–34.

20. Jayesimi F. Congestive cardiac failure in emergency pediatric practice in Nigeria. Trop Card. 1977; 3:9–14.

21. Sudano I, Spieke L,Noll G, Corti R, Weber R, Luscher TF. Cardiovascular disease in HIV infection. Am Heart J 2006; 151: 1147–155.

22. Omokhodion SI, Lagunju IA. Childhood heart failure in Ibadan. West Afr J Med 2005; 24(4): 325–28.

23. Awori MN, Ogendo SW, Gitome SW, Onguti SK, Obonyo NG. Management pathway for congenital heart disease at Kenyatta National hospital, Nairobi. East Afr Med J 2007; 84: 312–17.