Get Adobe Flash player
2277537
Today
Total :
3372
2277537

Cas clinique. Hemopéricarde tardif chez un polytraumatisé dans un pays à ressources humaines et matérielles limitées : un cas clinique observé à N’Djamena.

 

Clinical Case. Late hemopericarditis in a polytraumatized person in a country with limited human and material resources: A clinical case observed in N’Djamena.

 

 

AZ ZAKARIA, F  SAKADI1* , AA ALI2, C OUCHEIMI1, AI TOURE3.

 

 

RESUME

 

Introduction : L’hémopéricarde tardif post traumatique est une pathologie rare mais fréquemment retrouvée au cours du traumatisme du thorax. Nous rapportons le cas d’un enfant de 15 ans ayant fait un traumatisme ouvert du thorax dans le but de faire une évaluation clinique et évolutive de cette pathologie.

Observation : Il s’agit d’un patient qui a présenté progressivement une douleur thoracique à type de constriction aggravée par la position couchée et calmée par la position penchée en avant. L’échographie cardiaque trans-thoracique  a mis en évidence un épanchement péricardique de grande abondance, hyperdense, faisant évoquer un hémopéricarde. La ponction écho-guidée avec mis en place d’un drain a ramené environ 850cc de liquide hématique.

Conclusion : Une surveillance clinique et échographique adaptée chez un patient traumatisé du thorax pourrait dépister à temps l’épanchement péricardique tardif.

 

 

MOTS CLES

 

Hémopéricarde post traumatique tardif, tamponnade, Tchad.

 

 

SUMMARY

 

 

Introduction: Late post traumatic hemopericardium is a rare pathology but frequently found during chest trauma. We report the case of a 15 years old child who had an open trauma of the thorax in order to make a clinical and progressive evaluation of this pathology.

Observation: This is a patient who gradually presented with constrictive chest pain aggravated by the lying position and relieved by the leaning forward position. The trans-thoracic cardiac ultrasound revealed a pericardial effusion of great of high density abundance, ultrasonography evoking a hemopericardium. The echo-guided puncture with the placement of a drain had brought back around 850cc of haematic fluid.

Conclusion: Appropriate clinical and ultrasounds monitoring in a chest trauma patient could detect late pericardial effusion on time.

 

 

KEY WORDS

Late post traumatic hemopericardium, tamponade, Chad.

 

 

1.CHU de la Référence Nationale ,Ndjamena-Tchad

2.CHU de la Renaissance, Ndjamena-Tchad.

3.CHU de Lamorde, Niamey –Niger.

 

Adresse pour correspondance :

Abdel-madjid ZAKARIA ZAKARIA

BP :130 Ndjamena-Tchad

 Email: This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

 

 

INTRODUCTION

 

 

L’hémopéricarde post traumatique tardif est une affection rare. [1] Dans notre contexte, les accidents de la voie publique sont fréquents et responsables des polytraumatismes qui peuvent s’associer aux traumatismes du thorax avec les contusions myocardiques dans 15% de cas. Ces lésions cardiaques sont essentiellement responsables de troubles du rythme à la phase initiale de la prise en charge. [2] [3] 

L’apparition tardive de l’hémopéricarde est liée probablement à sa tolérance hémodynamique qui dépend de la vitesse d’apparition de l’épanchement. [4]

Nous rapportons le cas d’un hémopéricarde tardif en pré-tamponnade  chez un enfant de 15 ans ayant eu un polytraumatisme dans le but de faire une évaluation clinique et évolutive de cette pathologie.

 

 

OBSERVATION

 


Il s’agit d’un patient de 15 ans référé de la chirurgie pour une douleur thoracique à type de constriction aggravée par la position couchée et calmée par la position penchée en avant d’allure progressive évoluant depuis 5 jours.

Selon l’histoire, le patient aurait fait un accident de la voie publique il y’a un mois, ayant occasionné un polytraumatisme entrainant une plaie délabrant, saignante allant du cuir chevelu au cou longeant la partie latérale gauche du cou d’environ 20cm de long et 1cm de profondeur (figure1). Une deuxième plaie medio thoracique d’environ 15cm de long et 2cm de profondeur (figure1), nécessitant une prise en charge chirurgicale et dont l’évolution était favorable (figure2).

Au cours de son séjour en chirurgie le patient avait bénéficié d’un scanner cérébral qui avait mis évidence des fractures non déplacées des os frontale et zygomatique gauche. Le Scanner thoracique avait révélé un épanchement pleuro-péricardique de petite abondance.

A l’examen on note une tension artérielle (TA) de 113/73 mmhg et une fréquence cardiaque (FC) :111Bpm, Température: 37.2 °C, les bruits cardiaques étaient sourds et rapides. Les conjonctives et les muqueuses légèrement pales.

L’électrocardiogramme a mis en évidence un rythme sinusal à 93 bpm, segment PR fixe à 150 ms, QRS fins, on note un trouble de la repolarisation type onde t négatif diffus sur toutes les dérivations et des alternances électriques(figure 5).

On note une anémie normochrome normocytaire avec 8g/dl d’hémoglobine à l’hémogramme. La radiographie thoracique avait objectivé une cardiomégalie avec un aspect de cœur en « théière » (figure3).  L’échographie cardiaque trans-thoracique a mis en évidence un épanchement péricardique de grande abondance (de 23 mm latéro-ventricule gauche et de 25 mm latéro-ventricule droite) comprimant les cavités cardiaques droites avec une veine cave dilatée et non compliante, hyperdense faisant évoquer un hémopéricarde (figures 7.8.9).

Compte tenu du tableau clinique évoluant vers une tamponnade, la ponction écho-guidée a été réalisée avec mis en place d’un drain ramenant environ 850cc de liquide hématique.

Le diagnostic d’hémopéricarde post traumatique tardif probablement secondaire à une contusion myocardique a été retenu dont l’évolution est favorable avec absence de trouble de la répolarisation et d'alternances électriques à l’électrocardiogramme,  avec la normalisation de la silhouette cardiaque à la radiographie (figure 4), une absence d’épanchement à l’échocardiographie.

 

 

 DISCUSSION

 

 

Nous rapportons un cas présumé « certain » d’un hémopéricarde post-traumatique d’apparition tardive dans le but d’une évaluation clinique et évolutive de cette pathologie dans un pays à ressources sanitaire limité.

L’intérêt de cette observation réside dans l’apparition à bas bruit en un mois d'un hémopéricarde tardif de grande abondance. cette éventualité rare est signalée par Liedtke et coll.[5] Pour le  cas, de ces derniers, avec une bonne tolérance hémodynamique, avait été   diagnostiqué un mois après  un  accident  automobile,  par  un  élargissement  médiastinal  et  une  chute de l'hémoglobine.[5]

Blair  et  coll, etudiant  90  cas  de  différentes  lésions  de révélation tardive  au  décours  de traumatismes  fermés  du  thorax ne  retrouvent  que  deux  hémopéricarde,  le  délai  d'apparition  n'excédant  pas  48  heures. [6]

L’origine de cet épanchement péricardique majeur est probablement secondaire au traumatisme cardiaque initial. En effet, pour Adams 3rd JE et coll., dès la prise en charge de la patiente, le taux de troponine I élevé, associé à des troubles du rythme sur l’électrocardiogramme et à une akinésie pariétale étendue au niveau des deux ventricules étaient en faveur d’une contusion myocardique avec risque élevé de complications. [7,8] De plus, l’échocardiographie trans-œsophagienne révélait l’existence d’un épanchement péricardique minime. Une surveillance électrocardiographique régulière a permis de confirmer la disparition des troubles du rythme, fréquents en cas d’élévation du taux de troponine I, mais pas d’évaluer la majoration de l’épanchement péricardique. [9,10] L’échocardiographie est aujourd’hui considérée comme l’examen de référence dans le diagnostic des tamponnades. Peu de données ont été publiées sur les tamponnades tardives post-traumatiques. En revanche, dans le cadre des tamponnades tardives (> 72 heures) après chirurgie cardiaque, l’échocardiographie trans-thoracique permet de visualiser rapidement la plupart des épanchements. [11]


 

CONCLUSION

 

L’hemopéricarde post-traumatique tardif est fréquemment retrouvé dans les traumatismes du thorax. Une surveillance clinique et échographique adaptée chez un patient traumatisé du thorax pourrait dépister à temps l’épanchement péricardique tardif.

 

 

Figure 1: Image post traumatique du patient montrant une plaie cervico-faciale et thoracique.