Get Adobe Flash player
2277534
Today
Total :
3369
2277534

Cardiopathies congénitales chez l’adolescent et l’adulte : aspects cliniques, échocardiographiques et prise en charge au service de Cardiologie de l’hôpital national Ignace Deen de Conakry (Guinée).

 

Congenital heart disease in adolescents and adults: clinical aspects, echocardiography findings and management in the Cardiology department of the Ignace Deen National Hospital of Conakry (Guinea).

 

 

MD BALDE1,2, MB BAH1,2, EY BALDE1,2, M BEAVOGUI1,2, IS BARRY1,2, Z DIALLO1, AT BALDE1, A CAMARA1, MA BALDE1,2, IS2 SYLLA1,2, A KONE2,4, M DIALLO1,, S DIAKITE2,3, A MAMY1, M CONDE 1,,S NDONGO AMOUGOU1, FU NZOUNJI5,  V AMA MOOR 4, AP MENANGA1, 2, S KINGUE1, 2

 

 

RESUME

 

Introduction : L’objectif de ce travail était de décrire les aspects cliniques, échocardiographiques, thérapeutiques et évolutifs des cardiopathies congénitales (CC) de l’adolescent et de l’adulte au service de cardiologie de l’hôpital national Ignace Deen.

Méthodologie : Il s’agissait d’une étude descriptive   rétrospective,   réalisée entre janvier 2017 et Novembre 2019 soit 35 mois. Tous les patients dont le diagnostic de CC était confirmé à l’écho-Döppler cardiaque, avaient  été inclus dans l’étude.

Résultats : Nous avons colligé 30 cas de CC durant la période d’étude. L’âge moyen des patients était de 45,7 ± 19,56 ans avec des extrêmes de 16 et 80 ans. La tranche d’âge la plus représentée, était celle comprise entre 26-35 ans. Le sexe ratioH/F était de 1,5. La dyspnée avait été le mode de révélation le plus fréquent (66,67%). L’écho-Doppler cardiaque a été l’examen de référence pour la confirmation du diagnostic. La communication interauriculaire (CIA), et la communication interventriculaire (CIV)  étaient les CC les plus rencontrées avec 36,67% et 26,67% de cas respectivement. Un traitement médical avait  été prescrit chez tous les malades, mais aucun n’a pu bénéficier d’un traitement chirurgical. Les principales complications étaient l’insuffisance cardiaque (40%), la fibrillation atriale (10%), et l’hypertension artérielle pulmonaire (36,6%). 

Conclusion : Les cardiopathies congénitales sont encore découvertes tardivement en Guinée, en dépit de l’amélioration des moyens diagnostiques. Il est impératif de concevoir des stratégies multidisciplinaires pour assurer un dépistage précoce et une prise en charge optimale de  ces cardiopathies.

 

 

MOTS CLES

 

Cardiopathie congénitale, adolescent, adulte, échographie

 

 

SUMMARY

 

 

Introduction: The objective of this study was to describe the clinical, echocardiographic, therapeutic, and outcome aspects of adult congenital heart disease (CHD) in the cardiology department of the Ignace Deen National Hospital.

Methodology:This was a descriptive and retrosprospective study carried out over a period of two years and  (11) months, between January 2017 to November 2019. All patients with a diagnosis of congenital heart disease, confirmed by cardiac Doppler ultrasonography were included in the study.

Results:We collected 30 cases of congenital heart disease during our study period. The mean age of our patients was 45.7 ± 19.56 years with extremes from 16 to 80 years. The most common age range was 26-35 years. The sex ratio M / F was 1.5. Dyspnea was the mode of revelation with a frequency of 66.67%. Cardiac Doppler ultrasonography was our reference examination for confirmation of the diagnosis of CHD. Atrial septal defect was predominant with a frequency of 36.67%,  followed by ventricular septal defect  26.67%.  All our patients were only under  medical treatment. None of them benefited from heart surgery. The most commun complications observed were heart failure (40%), atrial fibrillation (10%), and pulmonary arterial hypertension (36%).

Conclusion:Congenital heart disease is still discovered late in Guinea, despite improved diagnostic methods. It is imperative to design multidisciplinary strategies to ensure early detection and optimal management of these heart diseases in our context.

 

 

KEY WORDS

Congenital heart disease, adolescent, adult, echography

 

 

1. Hôpital National Ignace Deen.

2. Faculté des Sciences et Techniques de la Santé, Université Gamal Abdel Nasser de Conakry.

3. Service de santé des armées.

4. Hôpital National de Donka.

 

 

Adresse pour correspondance :

Pr agrégé Mamadou Dadhi BALDE

Service de Cardiologie Hôpital National Ignace Deen

BP : 5223

E-mail : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.   

 

 

 

INTRODUCTION

 

 

Les cardiopathies congénitales (CC) sont les malformations congénitales les plus fréquentes, présentes chez environ 0,8% des nouveau-nés [1].

Grace aux progrès de la Médecine, de plus en plus d’enfants présentant une CC atteignent l’âge adulte [2]. Ces CC, communément appelées «GUCH» (adultes atteints d’une cardiopathie congénitale), regroupent non seulement les malformations traitées dans l’enfance qui décompensent secondairement,mais aussi les cardiopathies asymptomatiques à la naissance devenant symptomatiques tardivement, parfois à l’âge adulte [2].La prévalence globale des CC chez l’adulte se situe entre 2,8/1000 et 4,9/1000 [3] .

Les CC, déterminent en Afrique un problème de santé publique [4]. Leur prise en charge s'avère souvent difficile du fait du faible niveau socio-économique des populations et de l'insuffisance de plateaux techniques adaptés [4].Le diagnostic est assuré en première intention par l'échocardiographie doppler qui est de nos jours, l'examen indispensable pour le diagnostic, les indications thérapeutiques et la surveillance des CC [4,5]. Le bilan des lésions fait appel à d’autres techniques notamment le scanner, l’imagerie par résonnance magnétique, ainsi que le cathétérisme cardiaque [6].

Une meilleure connaissance des CC de l’adulte en milieu hospitalier cardiologique, ainsi que leur devenir thérapeutique, devraient permettre d'optimiser leur prise en charge. En Guinée, il existe très peu de données portant sur les CC de l’adulte.L’objectif ce travail était de décrire les aspects clinique, écho-cardiographique, thérapeutique et l’évolutif des CC de l’adolescent et  de l’adulte.

 

 

METHODOLOGIE

 

 

 Il s’agissait d’une étude descriptive retrospective réalisée au service de cardiologie de l’hôpital national Ignace Deen, sur une période de 35 mois (Janvier 2017 à Novembre 2019).

Tous les patients âgés d’au moins 16 ans, suivis dans le service, chez qui l’écho-doppler cardiaque avait mis en évidence une CC avaient  été inclus.

Les paramètres étudiés étaient les suivants: les données sociodémographiques (âge, sexe, provenance), cliniques (signes fonctionnels et physiques), écho-cardiographiques (l’anatomie des lésions, le mécanisme, la quantification de la CC, le retentissement sur les autres structures du cœur, les lésions associées, la taille des cavités cardiaques et l’épaisseur des parois en diastole et en systole), thérapeutiques proposées (médicaments, chirurgie) et évolutives (complications, décès).

Les données ont été recueillies, traitées et analysées à l’aide des logiciels Epi info 3.5.4 et Microsoft Excel 2010.

 

 

RESULTATS


 

Nous avons colligé 30 cas de CC durant notre période d’étude. L’âge moyen de nos patients était de 45,7 ± 19,56 ans avec des extrêmes de 16 et 80 ans. La tranche d’âge la plus représentée, était celle comprise entre 26 et 35 ans (Figure 1).

On notait une prédominance masculine (60%) avec un sexe ratio H/F de 1,5. La dyspnée était le mode de révélation le plus fréquent (66,67%), suivie des palpitations (50%). Les signes généraux étaientdominés par la cyanose (20%), et  l’hippocratisme digital (10%).  Un souffle cardiaque était retrouvé dans  76,67% des cas, et  des signes d’insuffisance cardiaque  dans 46,27%  (Tableau 1).

A l’électrocardiogramme, le rythme  était sinusal (86,67%). On notait une arythmie complète par fibrillation auriculaire (3 cas), des extrasystoles ventriculaires (3 cas), et auriculaires (1 cas). Une hypertrophie ventriculaire droite (HVD), avait été retrouvée dans 11 (36%) cas, et une hypertrophie ventriculaire gauche (HVG)  dans 7 cas (23,33%). Les hypertrophies auriculaires droite et gauche étaient retrouvées dans 10 (33%) et 5 cas (16.66%).

L’écho-Doppler cardiaque montrait une CIA (36,67%), une CIV (26,67%), une tétralogie de Fallot (16,67%) et une communication atrio-ventriculaire  (CAV) dans 13,34% des cas  (Tableau 2).

Les CIA étaient de type ostium secundum dans 8 cas  (figure 2) et  de type ostium primum (3 cas). Les CIV étaient péri membraneuses (7 cas), et musculaire (1 cas). Le CAV était complet (2 cas) et incomplet dans 2 autres cas. On notait 3 cas de sténose valvulaire pulmonaire, et 2 cas de bicuspidie aortique (figure3).  Parmi les cardiopathies cyanogènes, il y avait 5 cas de tétralogie de Fallot et 1 cas d’Agénésie de la valve pulmonaire (figure 4).

Les anomalies échographiques liées au retentissement des CC sont regroupées dans le tableau 3.  Il s’agissait d’une insuffisance tricuspidienne  15 cas (50%),  d’une dilatation des cavités cardiaques droites (chiffres) (46,67%), et d’une hypertension artérielle pulmonaire dans 11 cas (%).

Un traitement médical  avait été prescrit chez tous les patients.  Les molécules utilisées étaient les diurétiques (60%), les inhibiteurs de l’enzyme de conversion (40%), les bêtabloquants (36,67%),  les antiagrégants plaquettaires (6.66%), les antivitamines K (3.33%). Aucun patient de notre série n’a bénéficié d’un traitement  chirurgical.

L’évolution a été marquée par la survenue d’une insuffisance cardiaque : 12(40 %) cas, d’une hypertension artérielle pulmonaire : 11(36. 66%) cas, et 7(23. 33%) cas  de troubles du rythme, dont 3 cas de  fibrillation atriale.

 

 

DISCUSSION

 

 

La prévalence des CC de l’adolescent et l’adulte  de 0,5%, retrouvée dans cette série est conforme avec les  données de la littérature qui retrouvent des  prévalences qui varient  entre 0,28 et 0,49% [3,7]. Toutefois, Mbaye et coll. au Sénégal  rapportent  une prévalence plus élevée de  0,75 [8].

L’âge moyen des patients était de 45,7 ± 19,56 ans avec des extrêmes de 16 et 80 ans. Les patients dont l’âge se situait entre 16 et 35 ans étaient les plus représentés. Les patients de cette série étaient plus âgés que ceux des séries de  Mbaye et Favilli  qui rapportent une moyenne d’âge  de 41,8 ± 19,3 ans et 36,16 ans [8,9]. Dans les séries rapportées  par Silversides et Engelfriet et coll, les sujets étaient plus jeunes avec un âge moyen de  29 et 27,9 ans) [10,11].

Contrairement à Mbaye et coll. [8], qui rapportaient une prédominance  féminine, c’est  une prédominance masculine qui avait été retrouvée  dans cette  série avec un sexe ratio H/F=1,5.

Les motifs de consultation étaient dominés par la dyspnée (66,67%), ce qui est en accord  avec les données de la littérature [12], et pourrait s’expliquer par la fréquence élevée des CC à shunt gauche-droit dans cette série.  Les autres circonstances de découvertes étaient  les palpitations (50%), les découvertes fortuites (40%), les souffles cardiaques (36,67%). Près de la moitié des patients (46.67%) présentaient des signes  d’insuffisance cardiaque, ce qui pourrait être  dû au retard diagnostique et de prise en charge. La CIA  (36,67%) était la CC la plus fréquemment rencontrée, résultat similaire à ceux rapportés par Mbaye au Sénégal et  Giannoglou en Grèce, avec respectivement  43,3% et 38% [8,12].  Il s’agissait de CIA de  type  ostium secundum  (72,73%), ce qui est contraire au résultat rapporté par  Barry et coll  qui avaient retrouvé 2 cas de CIA  de type ostium secundum sur un effectif de 5 patients [13]. Au Nigéria, la CC la plus retrouvée était la CIV  (31%) selon Ejim[14]. Les CIV (26,67%) dans notre série, étaient surtout  péri-membraneuses (87,50%). Les autres cardiopathies retrouvées étaient : la tétralogie de Fallot (16,67%), le CAV (13,34%), la sténose pulmonaire (10%). A noter un cas d’agénésie de la valve pulmonaire découvert chez un homme âgé de 29 ans. L’évolution avait  été marquée par la survenue d’une insuffisance cardiaque (40%), d’une HTAP (36.66%). La pression artérielle pulmonaire moyenne était de   53,73 mm Hg. Mbaye au Sénégal [8],  avait rapporté  une fréquence d’HTAP de 50%, et Duffel [16], une prévalence  nettement plus faible (4,2%). Les difficultés d’accès aux soins, et le faible niveau socioéconomique des patients pourraient être à l’origine de ces découvertes tardives au stade de complications troubles du rythme supraventriculaires (10% de fibrillation atriale), étaient moins fréquemment observés par rapport aux  données rapportées par Mbaye,  Favilli  et Verheugt  avec respectivement 18%, 14,8%, et 16% [8, 9,15]. 

Un traitement médical symptomatique avait été instauré : diurétiques, inhibiteurs de l’enzyme de conversion, et bétabloquants. Aucun patient n’a bénéficié d’un traitement chirurgical, car la chirurgie cardiaque n’est pas encore réalisée en Guinée.

 

 

 

CONCLUSION

 

 

Les cardiopathies congénitales découvertes chez les adolescents et les adultes sont fréquentes dans notre pays. Il est impératif  de mettre en place  des stratégies multidisciplinaires, et d’optimiser les  moyens diagnostiques et thérapeutiques afin d’améliorer le dépistage et la prise en charge précoces  de ces cardiopathies.

 

 

Tableau 1:

Répartition des patients selon les circonstances de découverte et les signes physiques

 

Caractéristiques cliniques

Effectifs

Pourcentage

Circonstance de découverte

 

 

Dyspnée

20

66,67

Palpitations

15

50,00

Souffle Cardiaque

12

40,00

Fortuite

11

36,67

Toux

10

33,33

Asthénie Physique

10

33,33

Douleur Thoracique

  7

23,33

Malaise

  3

10,00

Signes physiques

   

Souffle cardiaque

23

76,67

Syndrome de condensation

  7

23,33

Signe d’IC

14

46,67

Cyanose

  6

20,00

Hippocratisme digital

  3

10,00

 

 

Tableau 2

Répartition des patients selon le type de cardiopathies congénitales

 

 

 

Types de CC

Effectifs

Pourcentage

CIA

               11

36,67

CIV

8

26,67

Tétralogie de Fallot

5

16,67

CAV

4

13,34

Persistance du canal artériel

1

  3,33

Sténose Pulmonaire

3

10,00

Dextrocardie

1

  3,33

Agénésie de la valve pulmonaire

1

  3,33

Bicuspidie aortique

2

  6,66

 

 

Figure 1 : répartition des patients selon l’âge

 

 

 Fig 2 : CIA ostium secundum

 

 

Tableau 3

Répartition des patients selon les retentissements sur le cœur

 

 

Retentissements

Effectifs

Pourcentage

Dilatation des cavités cardiaques gauches

10

33,33

Dilatation des cavités cardiaques droite

14

46,67

Dilatation des 4 cavités

  3

10,00

Fonction du VG altérée

  1

  3,33

Dilatation de l’artère pulmonaire

12

40,00

Insuffisance tricuspide

15

50,00

Insuffisance mitrale

11

36,67

Insuffisance aortique

10

33,33

Insuffisance pulmonaire

  2

  6,67

Hypertension artérielle pulmonaire

11

36,67

Epanchement péricardique de faible abondance

  3

10,00